Quelle connerie la guerre

Jacques PRÉVERT
Mise en scène Hélène Darche

videoguerre

L’œuvre de Jacques Prévert est incontournable, elle traverse tout le paysage culturel du 20ème siècle : poèmes, textes pour le théâtre, aphorismes, chansons, scénarios et dialogues de films, qui font aujourd’hui partie de notre mémoire collective.Nous avons tous un jour fredonné Les Feuilles mortes, Rappelle-toi Barbara, En sortant de l’école, Les Enfants qui s’aiment…Nous avons tous un jour cité l’une ou l’autre des répliques célébrissimes qu’il écrivit pour le cinéma : T’as de beaux yeux, tu sais, Bizarre, vous avez dit bizarre, Paris est tout petit pour ceux qui s’aiment comme nous d’un aussi grand amour…Nous avons tous un jour appris sur les bancs de l’école comment Faire le portrait d’un oiseau…Nous avons tous un jour entendu Le petit bruit de l’œuf dur cassé sur un comptoir d’étain…

Écrivain subversif et homme d’engagement, Prévert participe activement au mouvement surréaliste – c’est à lui qu’on doit l’expression “cadavre exquis” – écrit de courtes pièces pour le groupe Octobre, troupe de théâtre itinérante d’agit-prop très proche du Parti communiste français, protège pendant l’occupation ses amis juifs, le musicien Joseph Kosma et le décorateur Alexandre Trauner.

Jusqu’à la fin de sa vie en 1977, il restera cet intraitable pourfendeur des injustices sociales et de l’oppression des peuples ; qu’il dénonce les ratonnades et la guerre du Viet-Nam, ou qu’il exalte les enfants de 68 et le combat d’Angela Davis, il continuera de tremper sa plume dans l’encre de la révolte, avec le même humour noir, la même insolence, et la même jeunesse..

Quelle connerie la guerre !

Quinze personnages tout droit sortis de l’univers de Prévert, vont incarner l’un des thèmes récurrents de son œuvre : la guerre, dans toute son absurdité… Tous les chevaux de bataille de ce grand auteur populaire sont là : poésie du quotidien, révolte de la jeunesse, antimilitarisme, anticléricalisme, dénonciation des conventions de la bourgeoisie, de la médiocrité, de la soumission… Un spectacle traversé par de grands éclats de rire, teintés par instants d’une gravité poignante.

Quelques poèmes parmi les plus célèbres (Barbara, Chanson dans le sang, Compagnons des mauvais jours…) côtoient des textes moins connus, saynètes et dialogues écrits pour le groupe Octobre. En empruntant davantage à Prévert scénariste qu’à Prévert poète, nous avons tenté d’écrire, avec ses mots, une histoire à sa manière : “un pied sur la rive droite, un pied sur la rive gauche et le troisième au derrière des imbéciles.”