Quand Marie est partie

 

Israël Horowitz
Mise en scène Françoise Faisy – Décembre 2009

La pièce
Elle est surprise Marie quand Henri Chenu, l’ancien amoureux qu’elle avait délaissé pour suivre Z elly Shimma, le “héros” yankee venu sauver la France, débarque chez elle, en plein hiver, à Gloucester (Massachusetts).
Surprise et émoustillée car près de 50 ans ont passé et la voilà toujours aimée. Le lendemain, c’est sa fille Cecily qui arrive à l’improviste en quête de réconfort.
Comme dans une pièce romantique, on parle d’amour. Celui qu’on a eu, qu’on a encore, celui que l’on défend. A 70 ans.
Comme dans une pièce classique, l’action est concentrée. Ces deux visites inopinées servent de révélateur et vont bouleverser la vie de chacun.
Quand Marie est partie ou Fighting over Beverley. Quand il a écrit la pièce originale Fighting over Beverley, Israël Horovitz a pensé à sa femme anglaise qui avait quitté son pays pour le suivre. Ses héros étaient donc anglais et américain.
Pour être jouée en France, la pièce n’a pas seulement été traduite par Philippe Lefebvre mais transposée. L’héroïne Beverley (de Beverley) est devenue Marie (de Sainte-Marie du Mont) et Archie Bennett, le pilote de la R.F.A., a fait place à Henri Chenu, le combattant du maquis. Autre changement important : le texte d’origine était rythmé par les chansons de Vera Lymi, la célèbre chanteuse britannique qui avait contribué à maintenir le moral des troupes anglaises. Mais elle était trop peu connue du public français – C’est donc Edith Piaf qui l’a remplacée pour évoquer ce temps marquant de la jeunesse. Ce choix nous a séduits. Et, plus encore qu’un décor sonore, nous avons fait de la voix de Piaf la voix intérieure de nos héros.

La distribution
Les personnages de Quand Marie est partie sont complexes ,drôles et douloureux à la fois. Plus qu’au réalisme du décor, c’est à la vérité de leur caractère que nous nous sommes attachés. Capables de la joie la plus enfantine comme de l’humour le plus féroce, d’enthousiasme fou et de désespérance, de tendresse et d’impudeur jusqu’à la violence, ils vont prendre vie devant vous pour notre plaisir et le vôtre, c’est du moins ce que nous souhaitons.

Marie Shimma : Christiane Magendie
Henri Chenu : Jean-Claude Bemier
Zelly Shimma : Eric Berger
Cecily Shimma : Elisabeth Magendie

Israël Horovitz
Acteur, metteur en scène, scénariste, directeur artistique, Israël Horovitz est le dramaturge américain vivant le plus joué en France. Né en 1939 dans le Massachusetts, il signe son premier texte à 17 ans et, depuis, il ne cesse d’écrire. Il est l’auteur de plus de cinquante pièces traduites dans une vingtaine de langues et jouées sur toutes les scènes
du monde. Parmi elles. Le Premier, Le Baiser de laveuve, L’Indien, le Bronx. Sa dernière oeuvre, Très chère Mathilde, vient d’être interprétée par Line Renaud. Quoique son théâtre puisse être absurde (comme celui de son ami Becket), ses textes, de caractère souvent autobiographique, sont ancrés dans la réalité.